Vins « engagés » : ce qu'ils sont et pourquoi ils diffèrent des vins en agriculture conventionnelle

Aujourd’hui, la sensibilité à la durabilité environnementale et alimentaire ne cesse de croître, deux concepts qui présupposent le respect de la biodiversité et de la nature, et contribuent à la création d’un mode de vie plus sain.

Les amateurs de vin le savent bien, un produit dont la qualité est profondément conditionnée par l’environnement dans lequel il est produit.

Dans le domaine œnologique, on peut définir cinq grandes familles agricoles: agriculture conventionnelle, raisonnée, biologique, biodynamique et ce que l’on peut regrouper sous le terme « méthode naturelle ». Bien qu’il existe des différences concrètes, ces 3 dernières familles visent à atteindre un objectif : la création d’un produit de qualité, grâce à l’utilisation de méthodologies naturelles. Les altérations artificielles, telles que l’ajout de produits chimiques, qui peuvent être nocives pour l’écosystème et pour ceux qui consomment du vin, tentent d’être limitées autant que possible. Ces vins dits « engagés » préservent davantage notre environnement et notre santé.

La production de ces vins « engagés » est exigeante et nécessite une vigilance et un travail important dans les vignes puis au chai, mais elle est synonyme d’une grande passion et évolution. Les vins biologiques, en biodynamie et natures sont porteurs d’une forte identité, des marqueurs de leur environnement, ce précieux Terroir.

Êtes-vous prêt à les découvrir?

Par vin biologique, nous entendons un produit qui respecte un cahier des charges précis, qui recherche une gestion durable de l’agriculture et un respect des équilibres naturels et de la biodiversité. Les raisins utilisés ne peuvent être cultivés qu’en utilisant des méthodes d’agriculture biologique, et par conséquent l’utilisation de produits chimiques de synthèse, de pesticides et d’organismes génétiquement modifiés est exclue.

En ce qui concerne la vinification, les contraintes sont également beaucoup plus importantes qu’en conventionnelle. Le raisin doit être certifiés bio, il existe des restrictions ou interdictions sur l’utilisation de certains procédés physiques, le vigneron doit scrupuleusement respecter une liste restreinte d’additifs et auxiliaires œnologiques en privilégiant pour certains une origine bio. Un point crucial est la restriction sur les niveaux de SO2 total dans les vins commercialisés avec le logo AB ou l’Eurofeuille.

Quant aux vins en biodynamie, leur élaboration suit la doctrine théorisée par le philosophe Rudolf Steiner. Ce dernier renverse la vision de l’agriculture industrielle moderne et prévoit un lien indissoluble avec la nature, y compris en prenant en compte les rythmes lunaires et planétaires.

Pour la vigne, cela se traduit par l’obtention de raisins issus de l’agriculture biologique, et par le respect de certaines pratiques. L’usage des pesticides et des produits phytosanitaires est ainsi banni des vignobles biodynamiques comme pour la culture biologique. Le vigneron doit ainsi obtenir tout d’abord le label Agriculture biologique avant de pouvoir obtenir un label en biodynamie.

La pratique de l’engrais vert est intéressante, ce qui est une manière de redonner à la terre ce qu’elle a généreusement produit.

Enfin, il y a les vins naturels. Ceux-ci ne répondent pas tous à la législation ad hoc, mais peuvent être autorégulés par les protocoles adoptés par les organisations de producteurs elles-mêmes.

Un vin naturel, aussi appelé vin nature, est un vin auquel aucun intrant (soufre ou levures) n’est ajouté lors de sa vinification. Les raisins cultivés sont souvent issus de la viticulture biologique ou biodynamique.

Les vignerons souhaitent ainsi, avec la production d’un vin naturel, retrouver l’expression naturelle d’un terroir, d’un cépage, d’un millésime. La méthode vise notamment à rechercher les arômes du vin originels et naturels, car la vinification se fait sans additifs, naturellement. Le raisin peut s’exprimer pleinement sans l’ajout d’intrants ou de sulfites. Aucun pesticide ou produit chimique n’est utilisé pour le soin des plantes et la fertilisation se fait également avec des substances naturelles.

Un label « Vin méthode nature » a été créé afin de définir un cadre rassurant pour le consommateur. Les vins possédant ce label doivent respecter une charte d’engagement très précise, notamment des raisins issus de l’agriculture biologique, vendange manuelle, fermentation uniquement avec les levures déjà présentes dans les raisins et aucun recours à des techniques physiques.